Même si des gestes simples peuvent troubler l'environnement

Entre le différentes possibilités de jouissance du Parc, aussi l'escalade, activité discrète et silencieuse, peut troubler le délicat équilibre du cycle de la vie de nombreuses espèces d'animaux et végétaux. Plus de la moitié du territoire du Parc (53%) est constitué par rochers et éboulis, et l'autre partie est constituée par glace, bois, zones humides, arbustes et prairies et une pourcentage très proche au zéro de aire urbaine. Chaque type d'environnement est caractérisé par une faune et une flore particuliers, et la présence de l'homme peut provoquer, aussi involontairement, des dommages irréparables. Le règlement du Parc interdit la récolte de fleurs et minérales, la capture, l'abattage e la blessure des animaux; même si le trouble de la faune est considéré comme un comportement nuisible et, donc, interdit et poursuivable par la loi.

Qu'est ce que ça veut dire «troubler la faune sauvages»?

nido gipeto

Avec l'escalade sur rochers on peut atteindre les parois rocheuses et les éboulis de montagne, lieux souvent inaccessibles et pour ce motif idéales pour la nidification de différents espèces d'oiseaux, surtout oiseaux de proie, protégés à niveau nationale et communautaire. Aigle royal, Gypaète Barbu, Faucon pèlerin, Crécerelle, Hibou grand-duc, Chocard à bec jaune, Crave à bec rouge etc... ils sont très sensibles au trouble causé par l'homme, en particulier pendant la période printanière-estivale (mars-août), et le rapprochement à ces espèces, à leurs nids et à leurs petits, peut causer du stress et la reproduction pourrait être compromis. Ça suffit s'approcher à quelques centaines de mètres du nid pour troubler les oiseaux, lesquelles pourraient abandonner le nid, les petits et donc interrompre le procès de reproduction. Un équilibre délicat qu'on peut troubler volontairement pour curiosité, parce que une belle photo peut impressionner les amis, ou involontairement, en grimpant sur une paroi et en encourant un nid.

Donc, qu'est-ce qu'on doit faire? Sûrement on doit s'informer avant chaque excursion. Mais le problème plus grand est que, à la différence de l'aigle et du gypaète, lesquelles sont constamment tenus sous contrôle par le service de surveillance du Parc, pour autres espèces c'est plus difficile localiser les nids et, donc, donner des informations correctes et précises. Donc, le conseil meilleur est de utiliser le bon sens et, s'il est possible, s'éloigner rapidement du nid. 

Dans la photo ci-dessus: un nid avec deux gypaètes; dans la photo ci-dessous: un bouquetin en proximité d'une cascade de glace

stambecco cascata ghiaccio

En ce qui concerne l'escalade sur les cascades de glaces, on doit aussi faire attention. Cette discipline se pratique pendant novembre et mars, en même temps de la saison de reproduction et de la très délicat saison de l'hivernation des bouquetins et chamois. On doit chercher de ne troubler pas le groupes ou les animaux solitaires de ces espèces, parce que pendant l'hiver ils doivent lutter pour survivre et affronter les délicats dynamiques de l'accouplement. Chaque animal sauvage, quand est troublé directement, est soumis au stress et, donc, à un gaspillages d'énergies très fort, qui peut causer des lésions au tissu musculaire et, dans certains cas, peut causer la mort.

Vérifie sur le calendaire les espèces qui pourras rencontrer pendant les 12 mois de l'année! 

La végétation et la fleur du Parc sont bigarrées: bois de feuillus et conifères, arbustes, bruyères, prairies et zones humides, toutes caractérisées par un haute niveau de biodiversité. Les différents environnement sont tous fondamentales à l'intérieur des écosystèmes du Parc et c'est fondamentale les préserver pour maintenir les équilibres naturels. Dans le Parc il y a une complexe réseau de organismes, fondamentales pour la survivance des différents espèces végétales et animaux: pour exemple, les lichens qui vivent sur les roches et poussent très lentement (peu de millimètres chaque année), constituent la nourriture d'organismes végétales supérieurs, des espèces pionnières aux espèces plus exigeantes. Ces espèces attirent les pollinisateurs, qui sont la nourriture de autres animaux et ainsi de suite, à l'intérieur de la chaîne écologique de chaque environnement.

Donc, on endommage la nature en cueillant les fleurs, mais aussi en marchant sur les prés, en emportant mousses et lichens. Pour ce motif, quand on pratique le Bloc on doit éviter le nettoyage des roches avec les brosses et, donc, l'élimination me mousses et lichens, lesquelles poussent très lentement.

Dans tous les environnement naturel, et en particulier à l'intérieur d'une aire protégé, nous sommes des hôtes. On doit parcourir le sentier en suivant le tracé, pour éviter phénomènes d'érosion. L'objectif principale est éviter de marcher sur les prés, et on doit faire attention aussi quand on gare la voiture en proximité des sites d'escalade, parce que on doit éviter de ruiner la végétation environnant.

Le camping est permis seulement dans les aires équipées, les chiens ne sont pas admis dans le Parc (il y a seulement certains sentier où ils sont admis), et les déchets ménager ne doivent pas être abandonnés (pour tous renseignements complémentaires: Comment se comporter).

Lis notre code d'éthique, vérifie tous les interdictions et aide nous à diffuser ces simples règles.

 

 

Écoute-nous, grimpe de façon durable!