Un peu d'histoire

L'alpinisme naît pour nécessité il y a beaucoup de temps, avant des romains, mais la conception moderne véritable de l'alpinisme naît autour de 1700, surtout grâce à l'illuminisme, qui transforma les montagnes en lieux de recherche scientifique: d'ici, la transformation en lieu pour activités ludiques fut automatique.
L'escalade est une activité plus jeune: cette discipline est arrivée en Europe autour des années 1970, de la California, où se pratiquait l'escalade libre. Pendant ces années, l'Écossais Mike Kosterlitz accomplissait un de ses chef-d'œuvres: il surmonta en escalade libre le précipice centrale de la via dei tetti a Zeta, sur la paroi à l'est de la Rocca Provenzale (CN). À partir de ce moment l'histoire des escalades changea.
La sommet du Grand Paradis fut conquis par des alpinistes anglaises le 4 septembre 1860; 100 années après, la Vallée de l'Orc, devenait le «terrain de jeu» préféré de un groupe de grimpeurs qui portèrent une renouvellement culturel qui donna un nouvel élan au monde de l'alpinisme, en jetant les bases pour la naissance de l'escalade libre: il Nuovo Mattino. Gian Piero Motti, Alessandro Gogna et Andrea Gobetti ont contribué avec leurs écrits à construire le mythe et la légende des lieux du Grand Paradis, mais il y a aussi autres personnages très importantes comme Gian Carlo Grassi, Ugo Manera, Gabriele Beuchod, Marco Bernardi, Manlio Motto desquelles on devrait parler encore! Le nom de Kosterlitz est lié à une roche homonyme qui se trouve à Ceresole Reale.

Kosterlitz dit à propos du Grand Paradis: «il était incroyable, simplement incroyable. Il y avait cette suite continue de parois de granit, toutes plus belles et grandes les unes que les autres, où tout était encore à faire, tout. C'était comme découvrir un Yosemite dans le coin. J'étais habitué aux petits parois du Galles et du Derbyshire, exploitées jusqu'au dernier appui. Il était un paradis en terre. Il y a plus de roche vierge sur le Caporal que en toute la Snowdonia. Nous devions seulement choisir où aller; c'était incroyable qui il y avait encore des places comme ça».

source: entrevue de Gianni Battimelli à Mike Kosterlitz 28/01/2011(italien)

Le mythe californien des années 1970 était la paroi de El Capitan, une roche de granit de 900 m qui se trouvait à l'intérieur du Parc National de Yosemite Valley en Californie. Le Sergent, juste au dessus de Noasca, dans la Vallée de l'Orc, était considéré une «petite Californie italienne». Le lieu n'est pas fortuit, parce que le territoire du Parc National du Grand Paradis, pour sa genèse, a contribué à créer un style d'escalade presque unique sur les Alpes et analogue à le des États-Unis.
Pendant les années 1990, commence l'ère moderne: l'escalade sportive s'affirme et naissent des itinéraires très difficiles, protégés avec des piton à expansion.

L'escalade libre extrême est appréciée jusqu'aux années 2000, mais, après, il y a un retour à l'escalade traditionnelle caractérisée par une éthique plus radicale, proche au style anglo-saxon: peu de pitons et pas de pitons à expansion, seulement protections mobiles. L'escalade ne veut pas laisser des signes, mais aussi des gestes simples peuvent provoquer des trouble